Téléphones DECT, les rois de l’électro-smog

par | Jan 17, 2018 | Electro-Smog | 0 commentaires

Lors de mes expertises en géobiologie j’ai constaté que beaucoup de mes clients utilisaient des téléphones DECT comme téléphones d’intérieur sans fil (de l’anglais « Digital Enhanced Cordless Telecommunications », signifiant littéralement « télécommunication sans-fil numérique améliorée ») .

Les téléphones DECT se sont imposés  comme la norme depuis pas mal d’années maintenant, et s’ils sont très pratiques à l’usage, ils s’avèrent être une véritable catastrophe en termes de pollutions électromagnétiques.

Tout d’abord, les téléphones DECT émettent à des fréquences comprises entre 1880 et  1900 MHz, soit à des fréquences très proches du four à micro-ondes (2500 MHz). Les effets sur notre biologie, qui sont communs à toutes les technologies de télécommunication sans fils (GSM, WI-FI, etc.), sont principalement de quatre types :

  • Échauffement des tissus vivants par excitation des molécules d’eau contenues dans ces tissus (effet « four à micro-ondes »)
  • Effets biologiques sur les organes dont les fréquences vitales sont proches des fréquences utilisées (effets de résonance électromagnétique sur nos cellules et nos organes)
  • Affaiblissement de la barrière hématoencéphalique qui entoure le cerveau et filtre le sang qui y pénètre, afin d’éviter qu’il ne soit pollué par des toxines; parmi ces toxines, on trouve les métaux lourds, connus pour avoir un impact sur les maladies neurodégénératives (Alzheimer et Parkinson)
  • Production de très basses fréquences (8 Hz et 2 Hz), qui interfèrent avec les ondes alpha et delta émises par le cerveau, et qui sont dues au fait que les informations transmises sur la porteuse DECT sont pulsées par paquets à des fréquences assez basses

Ensuite, la station de base de ces systèmes émet en permanence un signal dont l’amplitude est très élevée : je mesure chez mes clients des niveaux de 8 000 à 10 000 µW/m² à 50 cm de la station de base, souvent installée sur le bureau où travaille mon client.
Ces niveaux sont de 800 à 1000 fois supérieurs à la norme de max 10 µW/m², recommandée par les Géobiologues !

 

Quelles sont alors les solutions possibles pour se prémunir contre ces effets délétères ?

 

La première, qui vient spontanément à l’esprit, est de remplacer ce type de téléphones par un bon vieux téléphone filaire ! Cette solution n’est toutefois pas toujours possible, ni souhaitée !

 

Téléphone filaire

 

La deuxième consiste à se procurer un système de dernière génération, équipé de la fonction Eco DECT+, encore appelée ECO low radiation, ou Full-Eco mode.

Quand cette fonction est activée, la station de base n’émet un signal que lorsqu’une communication est en cours. De plus, la puissance utilisée est réduite au minimum qui permette de maintenir un niveau de qualité suffisant, en tenant compte de la distance entre la station de base et le combiné.

Attention toutefois, cette fonction n’est en général pas activée par défaut à la livraison de l’appareil ! Il faut donc lire le mode d’emploi et parcourir les menus ad hoc pour y parvenir !

 

Bien entendu, même lorsque la fonction Eco DECT+ est activée, le signal émis lors d’une communication restera nocif pour le vivant. C’est là qu’intervient l’harmoniseur que je mets en place dans les habitations que j’expertise : il neutralise les effets délétères des pollutions électromagnétiques sur le vivant.
Ceci permet d’avoir une solution globale telle que je la préconise : limiter au maximum les sources de nuisances, et transformer les propriétés des nuisances résiduelles afin d’en neutraliser l’impact sur la biologie du vivant.

 

Je ne pouvais pas terminer cette newsletter sans vous informer que cette technologie DECT est également utilisée sur les babyphones actuels ! Sachant que nos enfants, et donc nos bébés, sont beaucoup plus sensibles que les adultes aux effets délétères de ces technologies, je vous recommande vivement :

  • Soit de les remplacer par des modèles utilisant la modulation de fréquence (FM)
  • Soit d’utiliser un modèle récent qui coupe le signal en l’absence de bruit de la part du bébé
  • Dans tous les cas, de placer le babyphone à une distance d’au moins 4 m du lit du bébé

Bien cordialement,
Christian