Technologies sans fil et santé – Partie 3

par | Mar 25, 2019 | Electro-Smog, Santé | 1 commentaire

Dans cet article, j’aborde le sujet de l’impact sur la santé des ondes électromagnétiques artificielles, créées par la technologie humaine. Je commence par expliquer ce qu’est une onde électromagnétique, et je montre qu’elle interagit fortement avec le vivant, qui utilise l’électricité et le magnétisme pour pouvoir fonctionner. Je décris ensuite le spectre des ondes électromagnétiques et montre dans quelles gammes de fréquences sont situées les pollutions électromagnétiques. Enfin, je décris succinctement leur impact sur la santé, tel que décrit dans de nombreuses études scientifiques indépendantes.

Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ?

Les outils de télécommunication sans fil utilisent les ondes électromagnétiques pour transporter une information, par exemple une conversation téléphonique, d’un point à un autre. Une onde est un phénomène physique par lequel une perturbation se propage dans l’espace. Par exemple, si vous jetez un caillou dans l’eau, l’eau va se déplacer sous l’impact de ce caillou, et cette perturbation va se propager dans l’eau sous la forme de cercles concentriques. Dans le cas d’une onde électromagnétique, ce qui est perturbé c’est le champ électrique et le champ magnétique.

Tout le règne du vivant, qui comprend l’être humain bien sûr, mais aussi l’animal et le végétal, est sensible aux champs électromagnétiques. On dit qu’il est élecrosensible. Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre compte qu’un électrocardiogramme mesure l’activité électrique du cœur, et l’électroencéphalogramme celle du cerveau. Notre corps est donc le siège d’une activité électrique intense : nos cellules sont chargées électriquement, l’influx nerveux est de nature électrique, l’eau dont notre corps est constitué à 70 % conduit l’électricité et est extrêmement sensible aux champs électromagnétiques.

De plus, nos cellules nerveuses contiennent de grandes quantités de magnétosomes, qui sont des cristaux de magnétite (minerai de fer), entourés de membrane plasmique. Ces magnétosomes sont de micro-aimants qui s’orientent dans la direction du champ magnétique. Ils vibrent à la fréquence du champ magnétique.

Le spectre des ondes électromagnétiques

Une onde électromagnétique se présente naturellement sous la forme d’une sinusoïde (voir figure ci-dessus), caractérisée par sa fréquence, qui correspond au nombre d’oscillations du champ électromagnétique par seconde, exprimée en Hertz (Hz). Au plus le champ varie rapidement, au plus sa fréquence est élevée.

On parle d’ondes de basses fréquences pour le réseau électrique 220 V, qui oscille à une fréquence de 50 Hz.

Pour les ondes utilisées par les technologies de télécommunication sans fil, on parle d’ondes de hautes fréquences. Leurs fréquences varient :

  • De quelques MHz (millions de Hertz) à quelques centaines de MHz pour la radio et la télévision,
  • de 800 MHz à 2.6 GHz (Milliards de Hz) pour la 2G, 3G et 4G,
  • de 2.4 GHz à 5 GHz pour la Wifi
  • de 2.4 GHz pour le Bluetooth.

A titre de comparaison, le four à micro-ondes utilise un générateur de fréquences à 2.4 GHz pour chauffer l’eau contenue dans les aliments.

L’image ci-dessous montre le spectre des ondes électromagnétiques. On voit qu’au-delà des micro-ondes, on retrouve l’infra-rouge, le spectre de la lumière visible, et l’Ultra-violet. A des fréquences encore plus élevées se situent les rayons X et les rayons Gamma, utilisés en médecine à des fins de diagnostic et de thérapie.

Spectre électromagnétique

L’impact des ondes électromagnétiques sur la santé

Si on parle de l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, il est communément admis que :

  • Les rayonnements ionisants, situés au-delà de la lumière visible, et correspondant aux rayons Ultra-Violets, aux rayons X et au rayons Gamma, impactent la santé et sont susceptibles de provoquer des cancers. Ces rayonnements sont dits ionisants, car ils sont hautement énergétiques et ont la capacité d’arracher des électrons aux atomes et aux molécules de notre corps, et de créer ce qu’on appelle des radicaux libres, hautement réactifs. Ces radicaux libres accélèrent le vieillissement et sont responsables de lésions oxydatives au niveau des membranes cellulaires, des protéines et de l’ADN. Ils peuvent ainsi créer des mutations aux sein des cellules et sont donc cancérigènes.
  • Les micro-ondes, qui correspondent aux gammes de fréquence du GSM, 2G, 3G, 4G, du Wifi et du Bluetooth, et bien entendu du four à micro-ondes, entrent en résonance avec les molécules d’eau du corps, qui s’agitent sous cette excitation, et qui s’échauffent. Ainsi, si vous téléphonez avec votre Smartphone collé contre votre oreille pendant un certain temps, votre oreille, mais aussi votre cerveau, vont s’échauffer. C’est ce qu’on appelle l’effet thermique.

Actuellement, l’effet thermique est le seul qui soit reconnu officiellement. Son impact est mesuré par le biais du DAS, le Débit d’Absorption Spécifiquequi est normalisé. Il s’exprime en W/kg et quantifie la quantité d’énergie absorbée par le corps de l’utilisateur, et en particulier sa tête, lors d’une communication téléphonique. Ce paramètre dépend d’un téléphone à l’autre, et doit être donné dans le mode d’emploi de l’appareil. Il doit bien entendu être le plus bas possible, et ne peut dépasser 2 W/Kg. Les meilleurs téléphones ont un DAS compris entre 0.2 et 0.4 W/Kg.

Les ondes émises par les téléphones sans fil sont dans des gammes de fréquences situées bien en-dessous des rayonnements ionisants. Cela veut-il pour autant dire qu’ils n’ont pas d’impact sur la santé, en dehors de l’effet thermique déjà mentionné ?

La réponse est malheureusement négative. Il y a aujourd’hui pléthore d’études scientifiques indépendantes qui décrivent et confirment bien l’existence d’effets biologiques délétères pour le vivant, et ce pour des niveaux d’exposition bien inférieurs à ceux correspondant au fameux DAS. Ces études ont mené à la publication de nombreux articles parus dans des revues à comité de lecture, ce qui signifie que ces articles ont été relus et validés par des experts scientifiques reconnus dans le domaine.

Ces effets sont principalement dus au fait que ces ondes ne sont pas des ondes naturelles, reconnues par le vivant : elles sont modulées, pulsées, cohérentes et polarisées en dysharmonie avec le vivant. Les principaux effets constatés sont les suivants :

  • Impact sur la synthèse de l’ATP par les mitochondries des cellules. L’ATP est le carburant des cellules, le composant le plus précieux de l’organisme, notamment au niveau du cerveau et du cœur, qui en sont les plus gros consommateurs. Le manque d’ATP dans l’organisme conduit à terme à des pathologies.
  • Une surproduction de molécules oxydantes, appelées radicaux libres, au sein des mitochondries. Elles sont responsables de lésions oxydatives au niveau des membranes cellulaires, des protéines et de l’ADN. Ces radicaux libres sont extrêmement mutagènes, notamment au niveau de l’ADN et de l’épigénome, ce qui peut entraîner une modification de l’expression des gènes, sans modification de l’ADN.
  • Perturbation de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau des polluants, virus et bactéries. Parmi les polluants, on trouve les métaux lourds, dont le plomb, l’aluminium et le mercure. La pollution du cerveau aux métaux lourds est connue pour avoir un lien avec les maladies neurodégénératives comme la maladie Alzheimer, de Parkinson, l’autisme et la sclérose en plaques. Il est aussi connu que l’usage du GSM augmente la libération du mercure provenant des amalgames dentaires.
  • Réaction de stress, au niveau cellulaire, qui crée du stress dans tout l’organisme. Ce stress vient s’ajouter à tous les autres stress qui peuvent impacter l’organisme, qu’il soit d’origine psychologique, lié notamment au mode de vie, ou physique, lié à l’alimentation, aux produits chimiques, etc. Cette accumulation de stress crée une augmentation du processus inflammatoire des tissus dans le corps, épuise les glandes surrénales, et peut mener à l’électro-hypersensibilité (EHS), qui est une maladie émergente, liée à une intolérance aux ondes électromagnétiques.
  • Impact sur la fertilité des hommes et des femmes.
  • Impact plus important sur les enfants et les adolescents, ainsi que le montre la figure suivante, sur laquelle on voit la profondeur de pénétration des ondes dans le cerveau :

Pénétration des CEM

Des médecins sont aujourd’hui de plus en plus confrontés à des cas de cancer du cerveau chez des patients âgés d’une trentaine d’années. Il a été montré que l’utilisation du téléphone portable, à raison de 30 minutes par jour pendant 10 ans, double le risque de contracter un tel cancer du cerveau !

Références

Si vous êtes intéressés à aller plus avant dans l’étude des effets sur la santé de ces technologies, je vous conseille la lecture de l’excellent livre « La pollution électromagnétique » aux éditions « Terre vivante ». Ce livre est écrit par un groupe d’experts et est très bien fait. Je m’en suis beaucoup inspiré pour la rédaction du présent article.

Je vous recommande également de visionner le film « Ondes de choc » disponible en DVD sur le site de Jupiter-films.com à l’adresse suivante : https://www.jupiter-films.com/film-ondes-de-choc-94.php

Prochains articles

Dans un prochain article, je parlerai des normes officielles qui définissent les niveaux de champs maximum admissibles, en-dessous desquels il est censé ne pas y avoir d’impact sur la santé. Nous verrons que ces normes sont totalement insuffisantes pour nous protéger réellement.

J’expliquerai ensuite dans un autre article, ce qu’il est possible de mettre en place concrètement, pour limiter au maximum l’impact de ces technologies sur notre santé, dans le contexte réel qui est le nôtre. Il est en effet illusoire d’imaginer une réduction à court terme de ces technologies qui sont omni-présentes et qui, par ailleurs, apportent un confort et des bénéfices certains. Au contraire, ces technologies sont appelées à se développer davantage, avec la mise en place prévue de la 5G.

Articles prédédents

Les articles précédents sont disponibles ici :

https://bioenergieetlieudevie.be/technologies-sans-fil-et-sante-part1/

https://bioenergieetlieudevie.be/technologies-sans-fil-et-sante-partie-2/