Impact des réseaux cosmo-telluriques sur la santé

Impact des réseaux cosmo-telluriques sur la santé

C’est à partir des années 1930 que l’impact des réseaux cosmo-telluriques sur la santé a commencé à être étudié scientifiquement par des médecins comme le docteur Hartmann et le Docteur Peyré. Le docteur Peyré par exemple a étudié beaucoup de maisons dites « à cancer », c’est-à-dire des maisons dans lesquelles plusieurs personnes y étaient successivement décédées suite à cette maladie. Il a constaté que de manière systématique ces personnes avaient dormi sur un croisement de réseaux telluriques. En localisant la position de ce croisement au niveau du lit, il était capable de déterminer le type de cancer dont la personne avait souffert.

Pour évaluer l’impact d’une perturbation géobiologique sur la santé, on distingue les zones dites « perturbées”, des zones dites « géopathogènes”. Ces zones correspondent dans les deux cas à des croisements de lignes cosmo-telluriques entre elles et/ou avec des perturbations géobiologiques comme les veines d’eau et les failles. Leur différence réside dans l’ampleur de leur impact sur la santé :

  • Une zone perturbée va provoquer des troubles du sommeil, de la nervosité, de l’anxiété, des pathologies bénignes,…
  • Une zone géopathogène va sur le court terme provoquer les mêmes troubles qu’une zone perturbée, mais sur une longue durée, elle pourra provoquer des pathologies beaucoup plus lourdes comme le cancer et des maladies dégénératives.

Parmi les zones perturbées, on trouve :

  • un croisement Hartmann
  • un croisement Curry
  • un croisement Hartmann sur une ligne Curry, ou un croisement Curry sur une ligne Hartmann, qu’on appelle une zone active
  • un croisement Hartmann et Curry superposés qu’on appelle un point étoile
  • une veine d’eau

Parmi les zones géopathogènes, on trouve :

  • un croisement du Grand Diagonal
  • une faille
  • un croisement Hartmann et/ou Curry sur une veine d’eau ou une faille
  • un croisement de deux veines d’eau ou failles
  • un croisement du Grand Diagonal sur une ou plusieurs veines d’eau

Les zones géopathogènes sont très agressives et provoquent des perturbations au niveau de notre cerveau et de notre système nerveux, ainsi qu’un stress oxydatif au niveau de nos cellules. Ces perturbations peuvent engendrer toute sorte de maladies. Les premiers signes sont des troubles du sommeil, de la fatigue chronique et des maladies chroniques.

Si certains individus semblent ne pas être affectés par ces agressions, dont l’intensité est très faible, ils ne passent toutefois pas pour autant à côté des désordres qu’elles occasionnent et peuvent du jour au lendemain tomber gravement malades sans que rien ne l’ait laissé présager. L’impact d’une agression peut se mesurer comme le produit d’une intensité par une durée. Dans le cas de la géobiologie, l’intensité est très faible, mais la durée est très longue. Comme elle frappe toujours au même endroit, elle pourra provoquer des désordres. On pourrait comparer son action au supplice chinois de la goutte d’eau qui consiste à laisser tomber à intervalle régulier une goutte d’eau tombe sur le front du supplicié qui en subit une altération physique et psychologique et qui finit par devenir fou. On connait aussi l’exemple des militaires qui marchent en cadence sur un pont qui entre en résonance avec la fréquence des pas et finit par s’écrouler.

Réseaux cosmo-telluriques

Réseaux cosmo-telluriques

Les réseaux cosmo-telluriques sont issus de la rencontre des énergies cosmiques et telluriques. Les énergies qui émanent de ces réseaux se manifestent à la surface de la terre sous la forme d’un maillage quadrillé spécifique à chaque réseau. C’est au niveau des croisements que les énergies sont les plus fortes et qu’elles auront un impact plus important sur les êtres vivants.

Le réseau le plus connu est le réseau de Hartmann, dont le maillage est assez serré (2 m à 2.5 m entre les mailles) et est orienté Nord-Sud et Ouest-Est.

Les zones de croisement sont pathogènes et sont donc à éviter au niveau des lits et des zones de travail. Elles créent des dysfonctionnements au niveau cellulaire.

Le réseau Curry est orienté à 45° par rapport aux points cardinaux et ses croisements sont plus pathogènes que ceux du réseau Hartmann. En particulier, un croisement du réseau Curry et du réseau Hartmann est particulièrement nocif.

Le réseau Sacré a la même orientation que le réseau Hartmann et est appelé ainsi car dans les églises bâties au 12 et 13ième siècles, on trouvait souvent un croisement du réseau sacré au niveau de l’autel. Ce réseau était donc à l’époque bénéfique, mais il ne l’est plus aujourd’hui, en tous cas dans les villes, suites aux pollutions électromagnétiques véhiculées par le réseau.

Le réseau Grand Diagonal est orienté comme le réseau Curry et véhicule des énergies très négatives, principalement sur ses zones de croisement.

Comme déjà mentionné, les zones de croisement sont les plus nocives.

Par exemple, le croisement du réseau Hartmann avec une faille et une veine d’eau est appelé « point cancer ».

Le réseau Hartmann

Le réseau le plus connu est le réseau de Hartmann, dont le maillage est assez serré (2 m à 2.5 m entre les mailles) et est orienté Nord-Sud et Ouest-Est. Il est issu du champ électrique terrestre et est lié à la présence de nickel dans le magma terrestre.

Le réseau Hartmann

Les zones de croisement sont pathogènes, surtout en présence d’une veine d’eau, et sont donc à éviter au niveau des lits et des zones de travail. Elles créent des dysfonctionnements au niveau cellulaire.

La superposition d’un croisement Hartmann avec une autre source de pollution – croisement Curry, faille tellurique, veine d’eau, etc. – est très nocive pour l’être humain.

Le réseau Curry

Le réseau Curry est issu du magnétisme terrestre et est orienté à 45° par rapport aux points cardinaux.

 

 

Le réseau Curry

Ses croisements sont plus pathogènes que ceux du réseau Hartmann. Il agresse fortement le système nerveux.
Le croisement du réseau Curry et du réseau Hartmann est particulièrement nocif. Il en va de même du croisement avec une faille tellurique et/ou une veine d’eau.

Le réseau Sacré

Le réseau Sacré a la même orientation que le réseau Hartmann et est appelé ainsi car dans les églises bâties au 12 et 13ième siècles, on trouvait souvent un croisement du réseau sacré au niveau de l’autel.

Le réseau Sacré

Ce réseau est donc normalement bénéfique et véhicule une énergie très puissante. Il n’est pas rare de trouver des arbres centenaires sur sa route.

Mais il se charge très vite en polarité négative suite aux pollutions qu’il rencontre : failles, veines d’eau, et surtout pollutions électro-magnétiques présentes de manière inévitable dans nos villes aujourd’hui.

Le réseau Grand Diagonal

Le réseau Grand Diagonal est orienté comme le réseau Curry et véhicule des énergies négatives sur sa ligne SO-NE.

 

Réseau Grand Diagonal

Les croisements sont particulèrement agressifs, surtout au-dessus d’une veine d’eau. Ils provoquent la mort subite du nourrisson et des ruptures d’anévrismes.

ontre : failles, veines d’eau, et surtout pollutions électro-magnétiques présentes de manière inévitable dans nos villes aujourd’hui.

 

Impact des failles et des veines d’eau sur la santé

Impact des failles et des veines d’eau sur la santé

L’eau qui circule dans une veine d’eau ou dans une faille humide provoque, par frottement contre les parois qui l’enserrent, l’apparition d’une différence de potentiel électrique qui rayonne verticalement. Cette différence de potentiel est très faible, mais néanmoins du même ordre de grandeur que celle présente au sein de nos cellules. Elle peut donc contrarier le fonctionnement des mitochondries qui sont responsables de la production de l’énergie de nos cellules, et ce faisant impacter, d’une part la production hormonale des glandes endocrines, principalement la thyroïde et les glandes surrénales, et d’autre part le fonctionnement du thymus et donc de notre système immunitaire.

L’affaiblissement de l’écorce terrestre que représentent les failles et veines d’eau constitue un chemin privilégié pour la radioactivité terrestre, qui se manifeste sous la forme de rayonnements gamma aux fréquences élevées. Ces rayonnements sont ionisants et « arrachent » littéralement des électrons à nos cellules et créent ainsi des radicaux libres. C’est le fameux stress oxydatif.

Au droit des failles et des veines d’eau, on constate également une modification de l’homogénéité du champ magnétique terrestre, modifications qui peuvent aussi être provoquées par des éléments techniques dans le bâtiment : sommier métallique, matelas avec ressorts, armatures métalliques des sols en béton. Le champ magnétique terrestre est un élément vital pour notre activité cellulaire et pour toute la vie sur terre. Il participe à notre équilibre biologique. Mais en cas de variations importantes sur une petite distance, au niveau du lit par exemple, il peut devenir une source de maladie. Cela a été confirmé par plusieurs études scientifiques. Par exemple, les résultats de recherches menées au Canada et aux Etats-Unis par le ministère de la santé montrent que plus de 50% des cas de cancer, de mort subite du nourisson, de troubles cardiaques et de malformation congénitales sont liés à une anomalie locale du champ magnétique terrestre. Les leucémies infantiles pourraient elles être liées à la combinaison des champs magnétiques basse fréquence (50 Hz) et des variations du champ magnétique terrestre.

Enfin, les failles et les veines d’eau, comme d’ailleurs les réseaux cosmo-telluriques, véhiculent des fréquences qui ne sont pas toujours équilibrées en polarité, et qui peuvent entrer en résonance avec nos cellule et nos organes et les affaiblir.